La FSU à l'Université de Grenoble

Politique Nationale

Fil des billets - Fil des commentaires

Communiqué de soutien de la FSU UGA aux occupants de la MC2 (25/3/2021)

La FSU de l’UGA apporte tout son soutien à la lutte de nos camarades des secteurs artistiques et culturels. Nos combats sont les mêmes. Les universités sont fermées depuis un an, la précarité frappe un nombre toujours plus grand de nos collègues et les étudiants sont au bord du gouffre. Les universités sont aussi directement menacées dans leur liberté d’expression : d’abord la tentative d’interdire les rassemblements dans les campus, à présent le très inquiétant procès en « islamo-gauchisme ».

Lire la suite...

Rassemblement et Assemblée Générale: mardi 24 novembre à partir de 12h place centrale

Dans le cadre de la mobilisation contre la Loi de Programmation de la Recherche (LPR), nos organisations syndicales (FSU, CGT, UNEF) appellent à un:

Rassemblement avec prise de paroles suivi d'une Assemblée Générale personnels - étudiant·e·s Mardi 24 novembre 2020 à partir de 12h Place centrale, devant l'amphi Weil sur le Campus SMH

Le rassemblement a été déposé en préfecture et se fera dans le strict respect des consignes sanitaires

La Loi de programmation de la recherche s’attaque aux libertés et aux statuts du personnel. Communiqué intersyndical du 18 novembre 2020

Le gouvernement a annoncé le 1er février 2019 sa volonté de faire voter une loi pluriannuelle ambitieuse pour développer la recherche. Nous assistons au mois de novembre 2020 au dénouement de près de deux ans de « maturation » d’une loi destructrice pour l’ESR.

Lire la suite...

Non à la LPR et au projet de loi "Sécurité globale"

Dans le contexte difficile que nous connaissons, le gouvernement n’a rien trouvé de mieux que de faire passer en procédure accélérée – elle doit être votée ce mardi 17 novembre – sa loi dite de « programmation de la recherche » (LPR) et de commencer l'examen du projet de loi de "Sécurité Globale".

Pourtant, la LPR a suscité la ferme opposition de la communauté universitaire et bien au-delà, et le projet de loi a conduit la CP-CNU à demander la démission immédiate de la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (voir la lettre ouverte à signer).

Quant au projet de loi de "Sécurité Globale", il fait écho aux attaques radicales contre le statut de fonctionnaire d'Etat de la LPR qui comporte désormais, suite à l'ajout des sénateurs, un « délit d’entrave » en cas « de trouble de la tranquillité ou du bon ordre de l’établissement » passible d’un an de prison et de 7 500€ d’amendes, et s’il est « commis en réunion », de 3 ans de prison et de 45 000€ d’amendes. C’est la porte ouverte à une répression totalement disproportionnée des mouvements sociaux et, de fait, à une remise en cause des franchises universitaires acquises au XIIIe siècle ! (voir aussi le courrier de la FSU en pièce jointe).

Lire la suite...

LPR - Un nouveau choc de défiance pour la communauté universitaire

Nous appelons à signer la Lettre ouverte de la CP-CNU au Président de la République :

Lundi 9 novembre, la commission mixte paritaire (CMP) a conclu la phase d’examen parlementaire du projet de la LPR – très largement contesté par la communauté universitaire – par un texte final qui s’avère encore plus destructeur que le projet de loi initial. Ce texte confirme ce que nous avons par ailleurs dénoncé à de multiples reprises, en particulier le renoncement à l’objectif d’atteindre 1 % du PIB pour la dépense en faveur de la recherche publique à l’horizon 2030. Il renforce la précarité chez les personnels et comporte de graves attaques contre notre statut de fonctionnaire d’État. La création de “chaires juniors” et le recrutement désormais possible d’enseignant·es-chercheur·es sans qualification par le CNU, renvoyant cette décision à la seule appréciation des instances locales, en sont deux illustrations. En se donnant la possibilité de réprimer à sa guise l'ensemble des mouvements sociaux par le biais d’amendes et de peines de prison, le gouvernement remet en cause les franchises universitaires, les libertés syndicales et, au-delà, le principe même de la liberté d'expression sur les campus. Répression, budget insuffisant, clientélisme, précarité, concurrence exacerbée, tout l’arsenal néolibéral est dorénavant opérationnel.

Lire la suite...

L'examen de la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) au Sénat aggrave encore le projet !

Nous republions ci-dessous une version abrégée et modifiée du texte paru dans le carnet Academia et décrivant les débats en séance au sénat, que vous pourrez lire en intégralité ici.

Le Sénat a introduit une attaque sans précédent contre le CNU dans son rôle de gestion collégiale des carrières (en particulier la qualification) et contre les libertés académiques. Les six premiers articles de la loi de programmation de la recherche ont été adoptés hier par le Sénat. En une soirée, les sénateurs et les sénatrices auront délibéré sur l’ensemble de la programmation budgétaire (articles 1 et 2), les chaires de professeurs junior (article 3), les contrats doctoraux de droit privé (article 4), les contrats post-doctoraux (article 5) et les CDI de mission (article 6). Cette étape a suffit à aller bien au-delà de nos pires craintes, comme le font apparaître les modifications du Sénat apportées à la LPR.

Lire la suite...

Retours sur les CAPA...pour la dernière fois ?

La fin des élus syndicaux des personnels dans les CAPA et CAPN ?

Plusieurs CAPA ont eu lieu :

  • CAPA Liste d'Aptitude (LA) au corps des agrégés 20 mars 2019 : CR des professeurs d'EPS (doc ci joint)
  • CAPA Hors classe agrégés vendredi 17 mai 2019 : l'augmentation des promotions à la HC ! lien (doc ci joint)
  • CAPA classe exceptionnelle agrégés prévue : fin mai-début juin

Mais, les collègues seront-ils encore représentés dans les CAPA en 2020 ?

Si la réforme de la Fonction Publique est votée, c'était la dernière année où des représentants syndicaux des personnels (commissaires paritaires élus) siégeaient en CAPA... L'an prochain, l'administration effectuera seule les actes de gestion (hors classe, classe exceptionnelle, demande de temps partiel…) en CAPA et CAPN… Les élus commissaires paritaires ne seront convoqués qu’en cas de recours individuels des collègues…

Lire la suite...

Motions sur les frais d'inscription pour les étrangers

Face à la décision du gouvernement, sans concertation aucune, d’une hausse drastique des droits d'inscription pour les étudiants issus de pays hors UE, comme dans nombre d’universités françaises, les réactions d'opposition à l’UGA ont été rapides et fermes : assemblées générales étudiantes, votes de motions au CA UGA, au CAC UGA et au CAC Comue, dans les conseils d’UFR, de laboratoires, des ED ou des masters. Le président de l’UGA annonce vouloir financer toutes les demandes : c’est tout à son honneur, mais peu crédible, a fortiori dans le cadre du PRE !

Nous appelons les personnels à continuer de faire voter des textes exigeant l’abandon de cette mesure (nombreux textes en ligne ici ou là) et à continuer à signer la pétition en ligne (lien ici)

Nous demandons au président de l’UGA de porter auprès du ministère l’exigence du retrait de cette mesure inique et dangereuse.

Lire la suite...

CAPA Agrégés 2018

Une nouvelle Hors Classe pour tous et pour toutes.

Lire la suite...

Loi ORE, ParcourSup : et si on débattait des questions de fond ?

La loi ORE et Parcours Sup sont présentées comme les solutions au problème des filières en tension et à celui du « taux d’échec » en licence.

Pour qu’une véritable discussion puisse avoir lieu sur ces questions de fond, il est nécessaire de disposer d’informations détaillées sur le fonctionnement et les effets prévisibles de l’utilisation de ParcourSup ainsi que sur les objectifs que poursuit la loi ORE. Citons quelques éléments ou quelques interrogations à verser au débat :

  • évolution depuis 10 ans des effectifs de bacheliers, du budget et des postes dans les universités ;
  • taux de réussite : de quoi parle-t-on ? mesuré quand, comment ?
  • filières « en tension » : définition ? lesquelles ? quels problèmes ? quels objectifs ? quelles perspectives ?
  • contenu des dossiers ParcourSup : quel lien avec les formations universitaires ?
  • classement des dossiers ParcourSup : modalités, temps nécessaire, conséquences ?
  • dispositifs d’accompagnement et d’aide à la réussite : avec quels moyens ? à quoi s’engagent les établissements qui répondent « oui, si », les candidats qui acceptent ces propositions ?
  • capacités d’accueil : que représentent-elles ? quel lien avec les réponses « en attente » ? à quel moment les demandes effectivement acceptées seront-elles connues ?

Lire la suite...

La loi ORE et le dispositif ParcourSup

Décryptage de la loi ORE et du dispositif ParcourSup.

Lire la suite...

Alerte à propos de la nouvelle procédure d’accès à l’université

Lettre aux élèves et parents d'élèves

Cher.e.s élèves, chers parents,

Après l’aberration du tirage au sort lors du passage dans le supérieur des bacheliers de juin 2017, le gouvernement promet aux futur.e.s bachelier.e.s 2018 la liberté de choisir une poursuite d’étude et la garantie d’une place à l’université. Dans la réalité, il n’en sera rien ! Ce sont les formations de l’enseignement supérieur qui choisiront leurs étudiant.e.s dans la limite des places disponibles. Le nombre d’enseignant.e.s-chercheur.e.s a baissé de 10% depuis 2009 alors que le nombre d’étudiant.e.s, lui, a augmenté de 294 000 ! Il manque actuellement l’équivalent de 10 universités en France pour répondre aux enjeux de formation supérieure de la jeunesse et permettre des conditions d’accueil et d’études qui soient dignes de notre pays. Il est prévu 40 000 étudiant.e.s supplémentaires à la rentrée prochaine et bien peu de places supplémentaires à leur offrir !

Lire la suite...

Pour une vraie licence universitaire de technologie

L’AG extraordinaire des directeurs et directrices d ’IUT du vendredi 10 novembre est un séisme pour l’avenir du réseau des IUT. En une matinée, ils/elle sont accepté de négocier avec la ministre de l’ESRI la fin du DUT en deux ans pour en faire une formation sur 180 ECTS donnant le grade de licence et avec un volume horaire restant à définir autour de 2000 à 2100 heures, soit une augmentation d’environ 200 à 300 heures pour les DUT du secondaire et d’environ 400 heures pour les DUT du tertiaire. Cette disposition pourrait s’inscrire dans la nouvelle loi en préparation et être effective dès la rentrée 2019. Les IUT conserveraient leur autonomie de gestion mentionnée par l’article L713-9 du code de l’éducation et obtiendraient un cadrage national du DUT à 180 ECTS sur trois ans présenté comme une revendication de longue date.

Lire la suite...

Débat 9 novembre 2017

QUESTIONS POSEES PAR LES CHOIX ECONOMIQUES DU PRESIDENT MACRON

               L’ALLEGORIE DU « 1ER DE CORDEE »

Par Michel Rocca, économiste, CREG FEG

Lire la suite...

Appel à se mobiliser contre la précarité dans l'ESR

Contre la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche Pour l’amélioration des conditions de travail et d’études de toutes et tous, rassemblons-nous le 7 novembre 2016 !

Lire la suite...

Lettre Flash n°6

Appel intersyndical FSU à se mobiliser le 7 novembre 2016 pour un budget 2017 de la Mission interministérielle de la recherche et de l’enseignement supérieur à la hauteur des besoins et des objectifs du service public !

Lire la suite...

Appel à se mobiliser le 15 septembre 2016 pour nos revendications et l’abrogation de la loi travail

SNTRS-CGT, CGT-FERC-SUP, CGT-INRA, SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNEP-FSU, SNPREES-FO, SUD-RECHERCHE-EPST, SUD-EDUCATION, le Collectif des Travailleur.e.s Précaires de l'ESR

Les organisations syndicales de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), appellent tous les personnels à participer aux actions de mobilisation (rassemblements, manifestations, grèves…) organisées lors de la journée du 15 septembre 2016 contre la loi Travai l à l’initiative des organisations syndicales interprofessionnelles CGT, FO, SOLIDAIRES, FSU, UNEF, FIDL, UNL.

Lire la suite...

Appel intersyndical local : Manifestation mardi 5 juillet 10h Gare de Grenoble

Lien vers le tract intersyndical

Le mouvement social et le soutien de l’opinion publique n’en finissent pas de surprendre leurs opposants : 64 % des français estiment que «face aux mouvements sociaux », le gouvernement « doit retirer » le projet de la loi TRAVAIL à l’origine de 4 mois de mobilisation (sondage TILDER/LCI/Opinionway du16 juin 2016). Loin de se démentir, le mouvement se renforce, n’en déplaise aux libéraux de tous poils.
Le mouvement s’enracine dans la société de façon originale et solidaire, malgré les manoeuvres du patronat et du gouvernement.

Lire la suite...

Loi Travail : un nouvel élan avec plus de salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi, retraités dans l’action

COMMUNIQUE CGT, FSU, FO, SOLIDAIRES, UNEF, UNL, FIDL

La mobilisation contre le projet de loi travail s’amplifie et s’enracine durablement pour le retrait du projet de loi et l’obtention de nouveaux droits. La détermination des salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi et retraité-es est sans faille, comme le démontrent le nombre de manifestants ce jour et le nombre d’initiatives dans les entreprises, les sites industriels, les zones commerciales. La violence des propos tenus par le gouvernement, le mépris à l’égard du mouvement social et son entêtement à ne pas retirer le projet de loi renforce cette détermination.

Lire la suite...

Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche : une simple variable d’ajustement du budget national

Communiqué de presse du SNCS-FSU et du SNESUP-FSU

Alors que nos organisations syndicales dénoncent depuis plusieurs années le manque de moyens attribués à l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), un projet de décret d’avance budgétaire prévoit aujourd’hui d’annuler 256 M€ de crédits de la MIRES.

Lire la suite...

Enseignement Supérieur et Recherche, un secteur où il fait bon travailler, sans risque pour la santé...

Après avoir nourri de promesses les membres du CHSCTMESR pendant deux ans et demi, le ministère vient de s’apercevoir qu’au fond elles étaient inutiles puisque - pour reprendre les termes de l’arrêté du 27 octobre 2014 - aucun des établissements de l’ESR ne présente d’ « enjeux particuliers en termes de risques professionnels ou couvrant un grand nombre de sites dispersés sur au moins deux départements ». Il n’y a donc pas lieu qu’il établisse une liste de CHSCT dont les membres bénéficieraient du barème majoré d’autorisations d’absence prévu par l'arrêté et le protocole d'accord du 22 octobre 2013 relatifs à la prévention des risques psycho-sociaux.

Lire la suite...

- page 1 de 2

Powered by